◄◄  ◄  ►►  ► 
DéCEMBRE 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
◄ Retour

rassemblement autour de Vottem le 24 décembre 2014

agenda 
 
 mercredi, 24 décembre 2014 00:00

Bonjour à toutes et à tous,

Comme chaque année, le CRACPE vous donne rendez-vous autour du centre fermé de Vottem à la veille de Noël.

Nous nous retrouverons donc le mercredi 24 décembre entre 16H00 et 18H.

Nous entourerons le centre de bougies afin d'éclairer la face cachée de la politique d'asile et d'immigration de l'Etat belge, les centres fermés pour étrangers qui enferment des personnes n'ayant commis aucun délit, afin de les expulser vers leurs pays d'origine qu'ils ont fuis, à cause des persécutions, des guerres, de la misère, réalités récurrentes auxquelles s'ajoutent aujourd'hui les catastrophes climatiques...

Nous serons là aussi en ce jour de "réveillon de Noël", devenu, pour beaucoup,  jour de fête traditionnel, pour apporter notre solidarité chaleureuseà ceux qui sont séparés de leurs proches, de leurs amis.

Une délégation, avec des représentants du CAL, du CRACPE, de la FGTB, du MOC,  entrera pour apporter un petit cadeau: une enveloppe permettant d'acheter une recharge téléphonique, moyen principal pour communiquer avec l'extérieur. Elle sera accompagnée de parlementaires qui interpelleront le directeur : Frédéric DAERDEN, PS, Muriel GERKENS, ECOLO, Raoul HEDEBOUW, PTB.

En ce 24 décembre 2014, nous voulons particulièrement dénoncer les mesures de Théo Franken, et le gouvernement actuel, qui stigmatisent, criminalisent à nouveau l'étranger.Le discours est clair ; les demandeurs d'asile et de titre de séjour sont des fraudeurs, il faut les pénaliser et les décourager: chasse aux cohabitations et mariages dits de complaisance, création de 100 places supplémentaires en centres fermés et prévision de 1000 rapatriements forcés de plus par an, limitation du nombre demandes d'asile qui peuvent être déposées, payement des titres de séjour...

Et surtout création de pavillons au 127 bis pour incarcérer à nouveau les familles avec enfants, ce qui n'existait plus depuis 2009, et ce alors que la Belgique a été condamnée à trois reprises  concernant la détention de mineurs par la Cour Européenne des Droits de l'Homme.

Le gouvernement précédent et la secrétaire d'Etat Maggie de Block avaient pourtant déjà quasi réduit à néant le droit au séjour en Belgique, et fait de ce pays le champion de l'Europe forteresse.

En 2013, seuls environ 25% des demandeurs d'asile ont obtenu un statut de réfugié ou la protection subsidiaire.

Mais surtout le taux de  régularisation pour raison humanitaire ou médicale n'a fait que chuter pour tomber à 6% de réponses positives pour toutes les demandes traitées, en 2013 toujours ! Le nombre de rapatriements forcés, mais aussi celui des retours dits "volontaires", ont fortement augmenté depuis l'opération de  régularisation de 2009, avec comme résultat 10439 éloignements en 2013, contre 7842 en 2009. (Rapport d’activités 2013 de l’Office des Etrangers).
 

Dans les centres fermés se trouvent des personnes qui seront en danger si on les expulse, qui ont construit leur vie ici en Belgique, et qui n'en peuvent plus de la violence exercée à leur égard. En effet, la détention a pour but de casser la résistance à l'expulsion. La violence peut être physique dès que la porte du centre a été franchie et toute forme de  révolte  entraîne la mise au cachot. Depuis juillet 2014 a été ouverte à Vottem, suite  à une décision du précédent gouvernement, une aile "sécurisée" pour les détenus considérés comme "ingérables" : ceux qui se rebellent, certains qui sortent de prison à qui on inflige une double peine, de grands malades qui devraient être soignés dans une institution adéquate...  cette section permet de maintenir en isolement ces personnes pendant des semaines, il n' y a aucune réglementation à notre connaissance, c'est un cachot à grande échelle déguisé. Ce 24 décembre notre interpellation citoyenne portera plus particulièrement sur cette section, la "prison dans la prison"...

Nous allons offrir l'équivalent de 80 recharges téléphoniques, cela revient à  800 euros, pour soutenir, vous pouvez  verser sur le compte CRACPE BE89 0003 2598 6785 en indiquant en communication cartes téléphoniques Noël


 
 

Toutes les Dates

  • mercredi, 24 décembre 2014